La Création de la Table Ronde

La légendaire Table Ronde fut créée il y a longtemps par Merlin, au centre de Camelot. La forme ronde a été choisie en symbole de la sphère que représente l’Univers, et chaque personne assise autour de la table serait considérée comme égale face à l’immensité de celui-ci. Car, une table traditionnelle angulaire, aurait réservé une place à la «tête» de celle-ci, pour celui dont la chaire aurait été supérieure à toutes les autres autour de la table. Avec la création d’une table ronde, Merlin a promu l’idée que, peu importe l’origine de votre naissance, si vous pouviez prouver votre valeur, vous pourriez être l’égal des Rois et Seigneurs assis autour de cette Table Ronde. Après la mort du Roi Uther Pendagron, Merlin passa la garde de la table au Roi Léodagan de Carmélide, fidèle suiveur d’Uther.

Toute personne, quelle que soit sa naissance, pouvait alors devenir un fidèle chevalier du Roi. Se révéler suffisamment preux, et prêter serment de vivre sa vie selon le Code de la Chevalerie, n’étaient alors que les seuls prérequis. Ils passeraient alors leur vie à respecter ces règles :

  • Ne jamais faire outrage, ni commettre de meurtre, hors bataille ou en combat honorable
  • Ne jamais commettre de trahison (un crime contre votre Pays ou votre Roi)
  • Ne jamais être inutilement cruel envers autrui, et offrir miséricorde à ceux qui le demandent, même au combat
  • Aider les demoiselles en détresse
  • Ne jamais nuire à une femme
  • Ne jamais accepter de combats pour autre chose que l’intérêt de votre Roi et votre Pays

Pendant le règne du roi Arthur, la Table ronde était un centre majeur d’opérations, un lieu pour se rencontrer et décider qui endosserait ses quêtes.

 

Les Chevaliers de la Table Ronde

Lorsque le Roi Arthur reçu la Table ronde, 150 Chevaliers pouvaient alors prendre place, et le Roi Léodagan lui envoya également 100 Chevaliers. À la tête de la Table ronde, les Chevaliers les plus célèbres, ayant prouvés leur valeur en divers combats et quêtes étaient bien sûr le Roi Arthur lui-même, Sir Lancelot du Lac, Sir Gauvain, Sir Geraint, Sir Perceval, Sir Bors le Jeune, Sir Lamorak le Gallois, Sir Kay, Sir Gareth, Sir Bédivère, Sir Gaheris, Sir Galahad, Sir Tristan et Sir Mordred.

Sir Lancelot

Le Chevalier le plus célèbre de la Table Ronde était le vaillant Sir Lancelot du Lac. Il excellait en tout, était le plus courageux dans la bataille, et était admiré partout où il allait. Il a remporté presque tous les tournois auxquels il eut la chance de participer, vainquit des Chevaliers que personne d’autre n’aurait pu défaire, en un mot il incarna héroïquement l’idéal chevaleresque. Pour ces raisons, on loua ses mérites de jeune chevalier tel un héro. Il reçut l’épithète de Chevalier du Lac lorsqu’il arriva à la cour du Roi Arthur, envoyé par la Dame du Lac, qui l’avait élevé. C’était elle qui a demandé au roi Arthur de prendre Lancelot sous son aile et de l’entraîner à l’art de la chevalerie, et c’est pendant cette période que le roi Arthur et Sir Lancelot sont devenus de proches amis alors que Lancelot ne cessait d’impressionner le Roi avec ses exploits chevaleresques. Le jour de son adoubement, honteux, il oublia son épée, et sans épée, vous ne pouviez être nommé Chevalier. C’est la Reine elle-même, Guenièvre, qui trouva son épée et la renvoya à temps pour que les Chevaliers continuent la cérémonie. Pour son aide précieuse, elle avait gagné sa fidélité et son amour éternels, et par galante fantaisie, il demanda à devenir le champion de la Reine, en proclamant son adoration à tous. Cela signifiait dés lors qu’il relèverait de son devoir Royal de protéger la Reine et de défendre son honneur. La Reine Guenièvre, déjà mue par un intérêt secret et interdit pour le Chevalier du Lac depuis leur première rencontre, en fut flattée, et séduite par ses paroles et accepta.

 

La Reine Guenièvre

La première rencontre de Guenièvre avec le roi Arthur eut lieue dans le château de son père en Carmélide. Elle était donc la fille du Roi de Carmélide, le Roi Léodagan. Lorsque la Carmélide fut assiégée, ce fut le courageux Roi Arthur qui vint à leurs rescousses. Au cours des célébrations, Arthur posa ses yeux sur Guenièvre pour la première fois, et à partir de ce moment l’aima pour toujours. Arthur alla demander conseil à Merlin, car il ne prendrait pas d’épouse sans le consentement de son mentor. Quand Merlin lui demanda si une dame faisait battre son cœur plus que toutes les autres, sans hésitation Arthur prononça le nom de Guenièvre. Merlin avertit néanmoins Arthur que Guenièvre un jour ne l’aimerait plus autant qu’il ne l’aimera, et qu’elle sera aimée par Lancelot et qu’elle l’aimera en retour. Mais Arthur devait suivre son cœur, croyant qu’il pouvait échapper à cet augure, et Merlin finit par accepter de le soutenir. Le Roi Léodagan ravi par cette nouvelle, livra sa fille par Merlin à Arthur, avec en cadeau la Table Ronde qui il avait été confié avec 100 Chevaliers.

Dans les années qui suivirent, les prévisions de Merlin devinrent réalité. Après avoir été nommé Champion de la Reine, Sir Lancelot essaya de voir son amour pour Guenièvre comme l’amour d’un ami, et qu’elle le lui rendait ainsi. Mais au vue de leur proximité cette illusion était vouée à l’échec. Car Sir Lancelot continuerait à défendre l’honneur de la Reine et à accomplir des quêtes en son nom, et les deux se retrouveraient alors seuls un jour ensemble, finalement incapables de résister à leur sort. C’est à l’issue d’une de ces quêtes – en sauvant la Reine – que Sir Lancelot a gagné une de ses épithètes. Sir Méléagant souhaitait la Reine Guenièvre pour lui, et il monta une embuscade pour l’enlever en son château. Celle-ci réussit à envoyer secrètement un messager à Sir Lancelot, en lui plaidant de venir la sauver. Il se précipita sur son cheval mais malheureusement pour lui, fut également embusqué et son cheval abattu par les archers de Méléagant. Sans destrier, il tenta de trouver un moyen de substitution pour voyager rapidement aux portes du château de Sir Méléagant. Le seul attelage disponible était alors une charette entraîné par un nain. Il souffrit de l’humiliation d’avoir à traverser le Royaume en charette, sous les moqueries des passants, alors qu’il tenter de rejoindre la douce Reine Guenièvre pour la sauver. Bien sûr, et en dépit de cet inhabituel attelage, il réussi à arriver à temps au château de Sir Méléagant pour sauver la Reine. Sa réputation était néanmoins si féroce, tenace et amoureux qu’à son arrivée, Sir Méléagant se rendit à Sir Lancelot et aucune goutte de sang ne fut versée. Cette entreprise lui a valu le titre de «Chevalier de la Charette».

 

Excalibur

Aussi célèbre que la Table Ronde, et peut-être encore plus célèbre, arrive Excalibur. C’est sans nul doute l’une des Épées les plus célèbres de l’Histoire, le compagnon fidèle du Roi Arthur. Quand Arthur fut vaincu à la bataille de Camlann, sa dernière volonté fut pour Excalibur d’être placée à nouveau dans la pierre de l’île d’Avalon. Il dirigea ces mots à l’intention de Sir Bedivère, l’un de ses chevaliers les plus proches et les plus fiables. Mais après que le corps d’Arthur ait été emmené en Avalon et que le temps fut venu pour Bedivère de lancer l’épée, il ne put se résoudre à abandonner la mythique lame. Alors qu’il la tenait tout contre sa poitrine tremblante, le pouvoir d’Excalibur le retenait. Merlin témoin de cette hésitation lui ordonna de lâcher. Mais il était trop tard et l’honorable Sir Bedivere était maintenant ivre par la puissance de l’Épée. Merlin savait qu’il n’y avait aucun moyen de le prendre physiquement à l’imposant Chevalier. Il suggéra à Sir Bedivere de prouver lui-même sa valeur et de se montrer digne de la porter, et alors il pointa la direction d’une vieille souche d’arbre au coffre épais. Sir Bedivère fit tourné l’Épée et passa au travers de la souche en une seule fois. Merlin suggéra ensuite qu’il essaye de l’utiliser contre l’acier, et Sir Bedivère confiant affronta deux soldats à la fois, en coupant nette les deux lames d’un seul mouvement. Merlin lui indiqua finalement une ultime épreuve consistant à pourfendre une pierre brûlée par un Feu du Dragon, l’une des substances les plus dures connues de l’Homme. Sir Bedivere, se moqua à nouveau et plongea Excalibur dans la pierre comme dans de l’eau. Il sourit, se vantant que la preuve de sa destinée à reigner comme Roi avait été montrée à tous. Merlin tout simplement répéta que seul le vrai Roi ne pourrait lever la lame. Sir Bedivère fou de rage s’attaqua à Merlin, et s’apprêtait déjà à frapper l’Enchanteur. Il fronça les sourcils alors qu’il tenta de tirer l’Épée, car celle-ci ne bougeait pas. Il tira et tira de nouveau, ses puissants muscles se fatiguaient. Et Excalibur ne bougeait pas le moins du Monde. Il se laissa aller en arrière, se rendant compte de sa folie. Empli de honte, il se mit à genoux et supplia Merlin de lui pardonner. Et c’est ainsi qu’Excalibur fut replacer dans la Pierre une fois de plus, en attendant le seul vrai Roi qui pourrait la soulever…